Catégories
Uncategorized

Les fibres naturelles végétales.





Les fibres naturelles végétales

Les fibres végétales ont bonne presse, parce qu’elles proviennent de ressources renouvelables, sont biodégradables, hypoallergéniques, respirantes, douces et confortables. Sont-elles pour autant toutes écologiques ? Pas forcément.

À éviter Le coton conventionnel

La production du coton est l’une des plus polluantes au monde, utilisant une grande quantité d’insecticides (1/4 de la consommation mondiale) et pesticides pour lutter contre les parasites, avec une trentaine de traitements par an. Le blanchiment du coton, lui, nécessite l’utilisation de chlore et de métaux lourds. Conséquences : pollution des sol, plus d’1 million de personnes intoxiquées et de 20 000 morts par an. Par ailleurs, la production du coton est très consommatrice d’eau : compter entre 7 000 et 29 000 litres d’eau d’irrigation pour un kilo de coton. Au final, pour un t-shirt, ce sont 140 grammes de produits chimiques et 2 700 litres d’eau qui sont consommés.

À privilégierLe coton biologique

On préférera donc largement les fibres en coton biologique certifié GOTS (Global Organic Textile Standard), dont la culture utilise des engrais naturels et moitié moins d’eau.

Le lin

Le lin est l’une des fibres les plus écologique : sa culture ne nécessite pas d’irrigation, utilise très peu d’intrants chimiques et ne produit pas de déchets car tous les sous produits sont réutilisés . De plus, le lin est une fibre locale : adapté au climat océanique humide, il est majoritairement cultivé en Europe de l’Ouest, la France étant le leader mondial.

Le chanvre

La fibre de chanvre est la plus résistante et la moins polluante. Naturellement antibactérien et antifongique, la culture du chanvre ne nécessite pas de traitements chimiques, en plus de ne pas avoir besoin d’irrigation. Plus que ça, Cultiver le chanvre entretien les sols, absorbe beaucoup CO2, et pour ne rien gâcher, la France est le leader européen de sa production ! Le chanvre protège également des UV.


À privilégier

Si vous ne voulez pas vous passer de laines, voici deux options qui s’offrent à vous.

Le mohair made in France

Le mohair est une laine provenant de la chèvre Angora (à ne pas confondre avec le lapin Angora), originaire d’Asie Mineure. Aujourd’hui, on trouve des élevages de chèvres en France, où l’on peut acheter directement au producteur via la filière “le mohair des fermes de France”. Vigilance cependant, je vous invite à bien vous renseigner auprès des conditions d’élevage et de tonte (toujours véhicule de stress quelque soit l’animal).

L’alpaga made in France

De la famille des camélidés, ce mammifère est similaire au lama, et vient d’Amérique Latine. Tout comme la chèvre Angora, son élevage l’alpaga se fait dorénavant un peu partout, notamment en Angleterre, aux États Unis, au Canada, en France. Ces bêtes n’entraînent pas les soucis des chèvres élevées pour le cachemire, et ont l’avantage de produire beaucoup de laine et d’avoir plusieurs couleurs, ce qui limite l’utilisation de teintures. Tout comme le mohair, restez tout de même vigilants quant aux marques que vous choisissez.

À vous de voirLa soie

La soie est une fibre animale produite par des chenilles, qu’on nomme “ver à soie”. La production de la soie se fait en ébouillantant les cocons pour tuer la chrysalide sans abîmer le cocon pour ensuite filer la soie dont il est fait. Il faut tuer environ 15 vers pour 1 gramme de soie. Parallèlement, la production de la soie se fait largement en Chine et en Inde, ce qui pose également des questions d’éthique au sujet des conditions de travail. Sachez qu’il y a une émergence de techniques visant à préserver la vie des vers, mais encore peu utilisée.

Le cuir

Le cuir est un sous produit de l’industrie de la viande, permettant d’utiliser la peau des bêtes abattues. Sa production est donc intimement liée à l’élevage, et soulève les mêmes problématiques : conditions de vie des animaux, abattage et impact environnemental. Par exemple, l’élevage bovin est l’un des plus polluants et des plus consommateurs en eau. De plus, l’élevage bovin est responsable de 2/3 de la déforestation en Amérique du Sud, dont l’Amazonie, car il nécessite une surface de pâturage de un hectare par tête. En 2012, Envol Vert a révélé que de fil en aiguille, 1 paire de chaussures en cuir sur 7 consommées en France est issue de la déforestation.

=> Si vous souhaitez consommer du cuir et de la soie, préférez les marques éthiques et offrant une certaine traçabilité.

Laisser un commentaire